Besoin d’un conseil ?
Être rappelé

Maladie cardiovasculaires

Les types de maladies

Les maladies cardiovasculaires sont des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins (veines et artères).  Elles regroupent entre autre :

  • l’hypertension artérielle : élévation de la pression sanguine dans les artères.
  • l’hypercholestérolémie : taux anormalement élevé de cholestérol total, supérieur à 2,5 g/L.
  • l’athérosclérose : forme de dégénérescence des artères. Elle se manifeste par la formation de plaques d’athérome dans la couche interne des artères. 
  • l’insuffisance cardiaque :  le coeur n’est plus capable d’assurer un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins de l’organisme
  • et les cardiopathies : elles rassemblent l’ensemble des maladies du cœur. Elles peuvent être innées (cardiopathie congénitale) ou acquises à l’âge adulte (cardiopathie coronarienne).
  • les accidents cardiovasculaires
    • l’infarctus du myocarde : communément appelé malaise cardiaque.
    • les thromboses : caillots se formant dans une veine ou une artère et l’obstruant.
  • les accidents vasculaires cérébraux dits AVC

Combien sommes-nous ?

En France, plusieurs centaines de milliers de personnes sont concernées par les maladies cardiovasculaires. C’est la deuxième cause de décès (juste après le cancer) chez l’homme et la première cause chez la femme (données 2008).

En Europe, elles sont responsables d’un peu moins de la moitié des décès (d’un tiers des décès avant 75 ans).

C’est la première cause de mortalité dans le monde  (17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires), soit 31% de la mortalité mondiale totale.
Sources : OMS

L’équipe de la Satim est disponible pour répondre à vos questions.

Soyez acteur de la santé de votre cœur, nous vous proposons de multiples activités pour y parvenir : activités diététiques, activité physique adaptée, formation à la gestion de votre maladie, groupes de parole…

Les maladies cardiovasculaires sont liées à l’accumulation de facteurs de risque tels que :

  • Le stress
    Le stress provoque la libération excessive d’hormones (adrénaline et cortisol) responsables de l’augmentation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque, de spasmes* artériels et de la formation de caillots.
  • Les dyslipidémies
    Le cholestérol est vital pour l’organisme, il est  présent dans toutes les cellules. On distingue le LDL-cholestérol, qui en excès, se dépose sur les artères et devient dangereux et le HDL-cholestérol qui est protecteur du système cardio-vasculaire, même s’il est élevé.

Les triglycérides sont des graisses issues de la transformation des sucres et de l’alcool ou d’origine alimentaire, c’est une énergie de réserve qui se trouve dans la masse grasse. L’excès dans le foie et dans le sang augmente le risque cardio-vasculaire.

  • le tabac : 8 cas sur 10 d’infarctus du myocarde (IDM) avant 50 ans surviennent chez les fumeurs. L’association tabac + pilule multiplie par 10 le risque d’IDM et par 20 le risque d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC). A court terme, cela favorise l’apparition de spasmes artériels, la formation de caillots, et l’apparition de troubles du rythme cardiaque. À long terme, le tabac abime progressivement les artères surtout s’il y a d’autres facteurs de risque associés.
  • l’hypertension artérielle : C’est le facteur de risque le plus important. C’est l’augmentation de la pression sanguine dans les vaisseaux, qui entraine des petites déchirures de la paroi vasculaire, une inflammation et favorise la constitution d’une plaque d’athérome.
  • le diabète : un taux élevé de sucre dans le sang pendant plusieurs années entraîne une atteinte progressive des petites artères de tout l’organisme et participe à la constitution des plaques d’athérome.
  • la sédentarité et l’inactivité : elles favorisent l’apparition des autres facteurs de risque cardio-vasculaires tels que l’obésité/surpoids, l’hypertension artérielle, le diabète, le cholestérol…
  • le surpoids ou l’obésité : le surpoids et l’obésité s’évaluent grâce au calcul de l’Indice de Masse Corporelle (IMC).
    C’est la mesure du tour de taille qui est un indicateur du risque cardio-vasculaire. Il doit être inférieur à 88 cm pour les femmes et 102 cm pour un homme.
  • l’hérédité : il y a une majoration des risques si :
    • Accident coronarien chez le père avant 55 ans ou chez la mère avant 65 ans, idem dans la fratrie.
    • Père ou mère hypertendu = multiplication du risque d’HTA par 2
  • le sexe : avant 50 ans, les hommes sont plus sujets aux maladies cardiovasculaires que les femmes. Cependant, le nombre de femmes touchées par les maladies cardio-vasculaires augmente du fait de leur mode de vie (alcool, tabac, association tabac et contraception orale, obésité). 
  • l’âge : les maladies cardio-vasculaires augmentent avec l’âge du fait du vieillissement physiologique (fragilisation et perte d’élasticité des vaisseaux, calcifications, …)

Les facteurs de risque ne s’additionnent pas mais se multiplient, s’aggravent les uns les autres.

Le traitement des maladies cardio-vasculaires va en premier lieu consister à traiter les facteurs de risque « modifiables » les uns après les autres : changement des habitudes alimentaires, arrêt du tabac, mise en place d’activité physique, équilibre du diabète et de la tension…

Il existe de nombreux médicaments, votre médecin saura vous conseiller et vous prescrire celui/ceux adaptés à votre cas.

Les objectifs « idéaux » :

TabacArrêt
PoidsPerte progressive pour diminuer son poids de 7%
Tour de tailleHomme : inférieur à 102 cm
Femme : inférieur à 88 cm
Hémoglobine glycosylée / glyquée (HbA1c)Inférieur à 7%
HTAInférieure ou égale à 145/90 mmHg
CholestérolHDL supérieur à 0.40 g/L
LDL inférieur à 1.90 g/L
Ces valeurs peuvent varier en fonction de vos facteurs de risque.
TriglycéridesInférieurs à 1.50 g/L
AlcoolHomme : moins de 3 verres par jour
Femme : moins de 2 verres par jour
Ces quantités varient en fonction de vos facteurs de risque.
Sédentarité et inactivitéEn journée, se lever toutes les 2 heures.
Au minimum 30 minutes de marche rapide (5 à 6 km/h) par jour ou 150 min par semaine à intensité modérée ou 75 min par semaine à intensité soutenue. (OMS)
Renforcement des principaux groupes musculaires 2 fois par semaine.

La meilleure prévention des accidents vasculaires  est la suppression ou réduction des facteurs de risque dans la mesure du possible et la prise en charge des maladies existantes (médicaments, surveillance médicale, modification des habitudes de vie, alimentation…).

Alimentation

D’après l’OMS, « Il est possible de prévenir la plupart des maladies cardiovasculaires en s’attaquant aux facteurs de risque comportementaux – tabagisme, mauvaise alimentation et obésité, sédentarité et utilisation nocive de l’alcool – à l’aide de stratégies à l’échelle de la population. ». L’alimentation occupe donc une place importante dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Une alimentation équilibrée se définie par une alimentation variée composée de lipides, protéines, glucides, fibres alimentaires, minéraux et vitamines. Au-delà de la quantité de ces différents nutriments, la qualité alimentaire occupe une place importante pour le bon fonctionnement de notre organisme. Ainsi, c’est grâce aux bienfaits nutritionnels de certains produits alimentaires que l’alimentation peut prévenir le développement des maladies cardiovasculaires. Le choix des graisses en fait partie, le tableau ci-dessous vous donne quelques indications.

Graisses d’origine animale (à limiter)Omégas 6Omégas 3Omégas 9
Beurre
Crème fraîche
Saindoux
Margarines
Végétaline
Huiles de tournesol
Huile de Maïs
Huile de pépins de raisins
Certaines margarines au Tournesol
Amandes
Huile de Colza
Huile de soja
Huile de noix
Noix, graines de lin
Huile d’olive (pression à froid)
Noisette
Avocat

Faut privilégier les « bonnes graisses », d’origine végétale vierges, première pression à froid contenant des omégas 3 (anti-inflammatoire, protègent le coeur et les artères), et des omégas 9 (réduisent le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de syndrome métabolique).

Utiliser l’huile d’olive pour la cuisson et l’huile de colza en assaissonnement est une bonne association. .

Notre alimentation étant déjà très riche en omégas 6, limiter les huiles en contenant est préférable. En effet, en excès, les omégas 6 sont pro-inflamamatoires et favorisent le diabète et le surpoids.

Activité physique

L’activité physique est indispensable. Elle entraîne des bienfaits pour le cœur : amélioration de la circulation sanguine, ralentissement du pouls et meilleure performance, diminution du taux de LDL-cholestérol, augmentation du taux d’oxygène dans le sang, meilleure gestion du poids et du stress.

La reprise de l’activité physique doit être progressive, encadrée, sécurisée.

En cas de maladie cardio-vasculaire ou de risque il est néanmoins INDISPENSABLE de prendre l’avis de son cardiologue ou de son médecin avant de pratiquer une activité physique adaptée qui reste bénéfique quoiqu’il en soit.

Stress / Émotions

Il existe de nombreuses manières pour contrôler les situations stressantes :

Les éviter : amélioration des conditions de travail, changer de travail, anticiper pour éviter d’être en retard….

  • Prise de distance avec les facteurs déclenchants : ce qui se passe est-il vraiment un drame ?
  • Pratiquer, en fonction de ses goûts : yoga, méditation, sophrologie, Qi-gong…
  • Se faire aider quand on en ressent le besoin : psychothérapie, hypnose, thérapies familiales, acupuncture….
  • « Passer à autre chose » : activité de détente, de loisir, sport, relation sexuelle, temps entre amis…

À chacun de construire ses solutions !

Sommeil

Construire un rythme de sommeil adapté à ses besoins et à ses impératifs de vie. La durée moyenne de sommeil chez l’adulte est de 7h45, mais il existe des variations. Pour favoriser un bon sommeil :

  • Ne pas prendre d’excitant après 16h
  • Se préparer au coucher : éviter les écrans avant d’aller au lit, éviter des séances de sport intensives en soirée, …
  • Mettre en place des « rituels de coucher » adaptés à chacun

Arrêt du tabac

Le mieux est de ne jamais commencer ! Slogan « jamais la première cigarette » fédération française de cardiologie.
L’arrêt du tabac peut être compliqué, nécessite d’être motivé et impose parfois plusieurs essais. Une cigarette « innocente » est souvent source de rechute.
Il n’y a pas d’âge pour arrêter, dans tous les cas c’est bénéfique.
Il existe de nombreuses méthodes pour arrêter de fumer. Il vous faut trouver celle qui vous convient le mieux :

  • Substituts nicotiniques (patchs, chewing-gum, cigarette électronique)
  • Mésothérapie
  • Acupuncture
  • Hypnose
  • Thérapie comportementale et cognitive
  • Relaxation, Méditation…

Découvrez les bienfaits de l’arrêt du tabac sur tabac-info-service.fr